PAGE 1   PAGE 2   PAGE 3   PAGE 4   PAGE 5   PAGE 6   PAGE 7   PAGE 8   PAGE 9 

 le plafond 

Pour bien comprendre la disposition, veuillez vous référer à l'image ci-contre, qui est une création sur ordinateur pour la visite en 3D (J.H.), seule à montrer l'ensemble. Attention à l'orientation en raison d'un effet miroir ! Le nord se trouve en haut, mais l'est est à gauche… On se rend compte aussi de la réelle irrégularité de la pièce.
Pour résumer, on peut dire que les artisans ont choisi un motif géométrique classique, imitant les tentures, entre les piliers et dans le prolongement sud de ces derniers.

1)- Les 'tentures'

Les quatre piliers servent de support aux fausses poutres peintes à l'imitation du bois, à partir desquelles 'pendent' les tentures (à plat, mais c'est la logique descriptive égyptienne).

Les motifs de plafond

losanges

carrés

zigzag

X-échiquier

Premier motif : losanges ( vue cd_178)
Il occupe l'allée centrale entre les deux piliers, d'est en ouest, et les ¾ de l'aile sud. Il présente un motif en losanges, interrompu par des lignes en zigzag. Ce motif s'est très bien adapté aux irrégularités du toit. Trois des 'poutres' portent du texte (nous en reparlerons), comme on le voit sur l'image ci-dessus. L'un est un graffito disgrâcieux portant "Lorent 1842", juste au-dessus de la face nord du premier pilier. Jakob August Lorent a étudié les plantes en Égypte en 1844-5, en identifiant et nommant huit nouvelles.
Second motif : carrés de différentes couleurs ( vue cd_174)
Cet aspect se trouve entre l'entrée et le premier pilier nord.
Troisième motif : en zigzag ( vue cd_181). C'est celui que l'on trouve entre les deux piliers nord ; des bandes rouge, jaune, bleues et vertes, cerclées de blanc, se succèdent.
Quatrième motif ( vue cd_69) :
À gauche de l'entrée, entre la paroi et le premier pilier sud, ainsi qu'entre les deux piliers sud, on trouve un aspect en échiquier, chaque case étant centrée par un "X".

2)- La vigne

C'est la partie du plafond la plus irrégulière qui a bénéficié de ce type de décor : la partie externe de l'aile nord et les zones paramédianes à l'ouest. Nous avons déjà souligné l'aspect réaliste qui en découle, avec l'impression de marcher sous une vraie vigne. Comme nous l'avons vu, ce décor se prolonge sur la zone la plus haute de nombreuses parois et des piliers, où elle s'incurve pour assurer les transitions.

Tous les rameaux qui la constituent semblent venir d'un tronc unique qui sort de terre derrière une image de Meryt qui se trouve dans la scène sud du mur nord ( image), mais il existe cependant des 'troncs' secondaires.
À l'extrémité sud du mur ouest, surmontant Osiris, entourée de feuilles et de grappes, on trouve le vautour aux ailes déployées de la déesse Nekhbet ( image). Dans chacune de ses serres, elle tient un signe Shen ( vue 034). Cette représentation est unique en son genre dans une tombe privée, car il s'agit en principe d'une prérogative royale.

3)- Les textes de plafond

Ils sont inscrits sur trois des 'poutres', ces bandes jaunes qui partent de la paroi est pour se diriger parallèlement vers le fond (voir l'image de synthèse du plafond ci-dessus). Chaque bande est bordé ainsi ou ainsi
Il s'agit de formules d'offrandes.

Le texte principal (et le plus long)
Il se trouve sur la bande médiane, qui traverse toute la pièce d'est en ouest :
"Une offrande que donne le roi à Osiris, dieu des Vivants, souverain de l'éternité, le grand dans Djedou, le grand dans Abydos, le seigneur de la pérennité, l'auteur de l'éternité, le prince des dieux. Qu'il donne les offrandes solides et liquides, bœuf, oiseaux, et toutes bonnes choses pures, tout ce qui apparaît sur sa table durant chaque jour. Pour le Ka du noble maire, stable dans sa position prééminente, le grand d'affection, le confident du seigneur des Deux Terres, loué par le dieu bon, le maire de la Ville du Sud, Sennefer, juste de voix devant Osiris, le grand dieu, le seigneur de l'éternité. Qu'il (Osiris) fasse revivre le corps dans la nécropole ; [qu'il donne la possibilité de ] sortir et rentrer par la porte du passage (Ro-setaou). Pour le Ka du noble maire, dont les faveurs sont durables dans la maison royale, qui remplit grandement le cœur [du roi] dans la Ville du Sud, le supérieur des jardins d'Amon, Sennefer, juste de voix."

Le second texte
Il se situe plus au sud, à la limite externe des piliers. Beaucoup moins long, il s'arrête en même temps que le premier pilier. Le reste de la bande jaune est ensuite vide jusqu'au mur ouest :
"Une offrande que donne le roi à Osiris, le souverain pour l'éternité, à Anubis, qui est dans la tombe, qui tient (?) les dieux. Qu'ils donnent tout ce qui arrive sur leurs tables durant chaque jour, pour le Ka du noble maire, divin père (?), aimé du dieu, qui est dans le cœur du dieu bon."

Troisième texte
Il se trouve sur une bande jaune qui s'étend de la paroi ouest jusqu'à la fin du second pilier, comme la précédente :
"Une offrande que donne le roi à Amon-Ra, seigneur du trône des Deux Terres ; à Mout-Sekhet, dame de l'Isherou, dame du ciel, maîtresse des Deux Terres ; à Anubis, au commencement du domaine divin ; au dieu grand, seigneur en Abydos. Qu'ils donnent des offrandes solides et liquides, bœuf, oiseaux, et toutes bonnes choses pures qui donnent vie à un dieu. [Qu'ils donnent la possibilité de] sortir et rentrer de la nécropole, de contempler Ra, de sentir la douce brise du nord."

Les piliers 




Sur le plan ci-contre, l'ouest symbolique se trouve en haut, et le sud sur la gauche. Les piliers sont très irréguliers, et aucun ne présente une face vraiment rectangulaire. Ils ont été numérotés pour la commodité de l'exposé, en commençant à gauche de l'entrée.
La scène qui décore chaque face est entourée et surmontée par la frise de rectangles que nous connaissons bien maintenant. À la base on trouve une zone non décorée surmontée de deux traits épais rouge et jaune, tous deux cernés de noir. Huit des seize faces sont surmontées d'une frise de khakherous (dont six sur les piliers 1 & 2). Voici, pour avoir une idée de la pièce telle qu'elle se présentait avant la mise en place des vitres de protectio, deux images, toutes deux prises près du pilier N°4 : Une vue vers l'entrée (Est symbolique) et une vue vers le fond de la tombe (Ouest symbolique).

 Pilier 1 

Nous commencerons par la face est et progresserons dans le sens des aiguilles d'une montre.

1)- Face est

Sennefer est assis sur un siège bas à petit dossier recouvert d'un coussin blanc, dont les pieds sont des pattes de lion, et qui repose sur une natte. Vêtu comme nous l'avons déjà rencontré, il porte un grand collier coloré et un seul bracelet au bras droit (oubli ?). Son bras gauche, replié sur sa poitrine, serre une étoffe pliée ( vue 016).
Au-dessus de lui, on lit le texte : "Une offrande que donne le roi à Anubis, à la tête du pavillon divin. Puisse-t'il accorder toute chose qui vient de sa table pour le Ka du maire Sennefer, juste de voix".
Meryt se tient debout devant lui et offre à sa narine un vase de résine odoriférante (myrrhe ?). Elle est vêtue d'une robe blanche collante et porte un collier et des bracelets cloisonnés à chaque bras (même si l'artiste a oublié celui du bras droit…). Le texte qui la surmonte, dont la première colonne est bien endommagée, dit : "[Puisses-tu te réjouir avec la myrrhe]. Sa compagne, la maîtresse de maison Meryt, juste de voix."

2)- Face sud

La scène est assez proche de la précédente, mais cette fois Sennefer n'a plus de veste. Il porte deux bracelets de poignet et sa main gauche repliée agrippe une fleur de lotus ouverte, qui se courbe vers ses narines.
Sous le siège se trouve un grand vase blanc veiné de noir, surmonté d'un bouchon. Le contenu n'est pas précisé.
Au-dessus du défunt, on lit : "Le maire de la Ville du Sud, directeur du bétail d'Amon, Sennefer, justifié devant Osiris, seigneur de l'éternité."
Meryt lui présente un plateau sur lequel se trouvent des oignons, des raisins et des pains ( vue cd_4086), avec ce texte : "Pain, bière, bœufs, oiseaux, toutes bonnes choses pures. Sa compagne, qu'il aime, la maîtresse de maison, Meryt, juste de voix."

3)- Face ouest

Cette fois, ce sont des fleurs de lotus qu'apporte Meryt dans la main droite, tandis que de la gauche elle touche le bras de Sennefer, disant : "Puissent t'ils te favoriser, puissent t'ils t'aimer, Ra-Horakhty et Osiris, maîtres de l'éternité. La maîtresse de maison, Meryt, juste de voix". A l'avant de son serre tête se trouve une fleur de lotus qui semble en bouton (plutôt que fanée) ( vue cd_146).
Le défunt, torse nu, porte ses bijoux d'or, et tient de nouveau une fleur de lotus ouverte.
À ses pieds, à côté de la chaise, se tient une jeune fille qui lui enserre les jambes de son bras gauche ( vue cm_b_149). Bien que cela ne soit pas précisé, il s'agit vraisemblablement de sa fille. Elle aussi tient une fleur de lotus ouverte dans sa main, tandis que, à l'avant de son serre tête, se trouve une fleur de lotus en bouton.
Le texte au-dessus de Sennefer dit : "Le maire de la ville du Sud, directeur des jardins d'Amon, Sennefer, juste de voix devant le grand dieu."

4)- Face nord

C'est la représentation la plus solennelle. Sennefer est assis sur un siège qui semble se trouver dans l'arbre-ished, avec à ses pieds "Sa compagne, son aimée, la maîtresse de maison, Meryt, juste de voix" accroupie sur sa propre petite natte, et qui entoure ses jambes de ses deux bras.
L'arbre-ished, sur lequel, par exemple, le souverain inscrit le comput de ses années de règne, est un symbole d'éternité. Sennefer arbore ses bijoux en or, y compris des boucles d'oreilles. Pour la première fois sur ce pilier, il porte également le pendentif au double cœur. Il tient une nouvelle fois une fleur de lotus d'une main, tandis que l'autre empoigne un sceptre Sekhem. Devant le couple, trois hauts vases sont posés sur une table, entourés d'une tige spiralée de lotus en bouton ( vue cd_154). Trois autres fleurs sont posées sur les vases.
Le texte du haut dit : "Le maire de la Ville du Sud, Sennefer, juste de voix. Puisses-tu recevoir des dons dans la nécropole quand tu la parcours comme d'habitude, dans ta place d'éternité, le maire de la Ville du sud, Sennefer, justifié devant le grand dieu".

 Pilier 2 


1)- Face est

"Le maire de la Ville du Sud, directeur des champs d'Amon, Sennefer, juste de voix" (à droite et tourné vers la gauche) et Meryt sont debout face à face. Sennefer porte ses bijoux d'or, comme sur toutes les autres faces de ce pilier. Dans sa main gauche, il empoigne le Sekhem, tandis que son bras droit enlace le torse de Meryt, qui, de son côté, pose son bras gauche sur son épaule, tandis que sa main droite tient un bouquet de lotus dont les fleurs ouvertes s'épanouissent devant les narines du couple ( vue cd_157).
Elle récite : "Puisse t'il être favorisé, puisse t'il être aimé, par la grande mère (Mout), dame de l'Isherou, dame du ciel, dame du Double pays. Sa compagne, qu'il aime, la maîtresse de maison, Meryt, juste de voix."

2)- Face sud

Le couple se tient par la main, et Meryt tend un sistre (qui a presque disparu dans une lacune) vers le visage du défunt ( vue cd_158). Il s'agit, pour les Égyptiens, d'une invitation claire à l'amour, accompagnée de cette supplique : "Puisse t'il être favorisé, puisse t'il être aimé, par Amon. Sa compagne, la chanteuse d'Amon, juste de voix". La petite fille qui assiste à la scène n'est encore une fois pas identifiée.

3)- Face ouest

Une grande partie de cette scène est perdue, mais l'essentiel est préservé. Sennefer est assis, un bras replié sur sa poitrine, serrant un linge, tandis que l'autre est étendu sur sa cuisse. "Sa compagne, qu'il aime, la maîtresse de maison, la chanteuse d'Amon, Meryt, juste de voix" tend vers son visage un vase où se trouve probablement de la myrrhe, ou un parfum solide ( vue cd_160).

4)- Face nord

( vue 035) Comme sur le pilier 1, le couple, assis, partage l'espace avec un arbre. La chaise à dossier haut (et sans coussin) de "Sa compagne, la maîtresse da maison, Meryt, juste de voix" est bien visible et, selon le code égyptien, elle doit être comprise comme se trouvant à côté de celle du défunt. Sous cette dernière se trouve de nouveau un vase ( vue cd_166).
L'arbre se trouve au-dessus d'un support d'enseigne qui joue le rôle de table. En son milieu se trouve une réplique en miniature de la déesse arbre, identifiée dans le discours de Sennefer à Isis ( vue cd_164).
Discours : "Le maire de la Ville du Sud, le directeur du bétail d'Amon, Sennefer, juste de voix. Il dit : 'Isis, la mère divine du dieu, l'esprit de la nécropole, puisses-tu recevoir les offrandes qui te sont présentées, pour l'éternité'. Le maire Sennefer, juste de voix' ".

À la partie haute du pilier, nous trouvons, au-dessus de la frise égyptienne, une double représentation d'Anubis couché sur une façade de tombe (qui représente aussi, nous en avons déjà parlé, un double pylône de temple). Derrière chacun a été placé un œil-Oudjat, symbole d'Osiris reconstitué et de protection.

Sur la frise entre les pylônes 1 et 2, sur un fond blanc légèrement bleuté, sont inscrites deux légendes faisant référence à deux des quatre enfants d'Horus dont nous avons déjà parlé ( vue cm_b_144).


Au plus près du pilier 1 : "Le vénéré Hapy (et) l'Osiris Sennefer, juste de voix;"
Au plus près du piler 2 : "Le vénéré Amset (et) l'Osiris Sennefer, juste de voix".

 Pilier 3 



1)- Face est

Voici une vue de la face est du pilier. Nous retrouvons "Le maire de la Ville du Sud, le directeur des greniers d'Amon, Sennefer, juste de voix" assis. Cette fois, son siège ne repose pas sur une natte de roseau, mais sur une surface de pierre, ou sur une plinthe peinte comme une pierre. Il porte ses bijoux d'or et son double cœur. Sa main droite repliée sur sa poitrine tient un bouquet associant lotus et mandragore (un symbole d'amour). Meryt, debout devant lui et de même taille, lui présente une coupe, probablement de vin de la main droite, tandis que la gauche se pose tendrement (selon l'esthétique égyptienne) sur sa cuisse. Elle prononce ces mots : "[Pour] ton Ka, faire un jour heureux. La maîtresse de maison, la chanteuse d'Amon, Meryt".
Au-dessus de la scène, nous retrouvons les deux yeux Oudjat séparés en leur milieu par un signe Shen (en anneau), puis le hiéroglyphe 'noun', l'océan primordial, complété par les trois traits en zigzag, signe de l'eau.


Au-dessus de la frise de rectangles se trouve un court texte sur fond jaune : "Paroles dites par le vénéré devant Anubis, qui est dans la place de l'embaumement, l'Osiris Sennefer, juste de voix".

2)- Face sud

Sennefer est assis, tourné vers la droite cette fois. Huit colonnes de texte reprennent ses titres : "Le noble héréditaire, le maire, ferme en faveur et grand d'amour, le confident écouté du seigneur des Deux Terres, le maire de la Ville du Sud, le directeur des jardins d'Amon, Sennefer, juste de voix". Il n'a plus de bracelet de poignet, mais porte des boucles d'oreilles.

Le double cœur du pendentif est bien visible sous le collier d'or. Le coeur en or est jaune et porte le nom de Roi de Haute et Basse Égypte d'Amenhotep II Aa-kheperou-ra ' ("les devenirs de Ra sont grands") tandis que sur le coeur en argent (le blanc), on trouve un de ses noms de fils de Ra (il en a changé au cours du règne) 'Imn hotep, netjer heqa Iounou' ("Amon est satisfait, le dieu et souverain d'Héliopolis") ( vue cm_b_149).
Sa main droite tient le tissu plié, tandis que la gauche repose sur l'épaule de Meryt. Celle-ci porte des bracelets et un collier en perles de couleur. Elle lui présente un collier d'or posé sur un plateau du même métal. Sa main droite est étendue au-dessus du double cœur, comme si elle l'ajustait de ses doigts, en même temps qu'elle prononce les mots : "Raffermir les deux cœurs pour le maire Sennefer, juste de voix. Sa compagne, qu'il aime, la chanteuse d'Amon, Meryt, juste de voix".

3)- Face Ouest

"Le maire de la Ville du Sud, Sennefer, juste de voix devant le grand dieu" est assis sur un tabouret dont les pieds peints en jaune étaient peut-être plaqués de feuilles d'or. En dessous se trouve un coffre fermé. Les pieds du défunt reposent sur un tabouret bas. Il a revêtu ses bijoux d'or (mais pas à l'oreille) et les deux cœurs se détachent sur sa poitrine De la main gauche il tient la tige enroulée d'un lotus, tandis que la droite agrippe, dans un geste inhabituel, l'avant bras gauche de "Sa compagne, son aimée, la chanteuse d'Amon, la maîtresse de maison, Meryt, juste de voix".
Meryt porte, par-dessus sa robe habituelle, une sorte de châle très fin, qui lui descend jusqu'aux pieds. Elle offre à Sennefer deux colliers d'or posés sur un plateau. Le premier comporte un fermoir ouvragé et un grand scarabée en or et lapis lazuli, symbole de transformation, de 'devenir', y est suspendu. Au second sont attachées trois amulettes d'or : un nœud d'Isis, un pilier-djed et un phallus (?) ( vue 021).
Comme sur la face ouest, la scène est surmontée de deux Oudjat, d'un signe Shen et noun.

4)- Face nord

Pour la première fois, Meryt n'est pas représentée dans cette scène qui a trait à la purification de Sennefer dans le cadre du rituel d'ouverture de la bouche. La cérémonie fait intervenir quatre prêtres (un "Prêtre lecteur en chef" en haut à gauche, un "Prêtre" en haut à droite, et en bas, deux "Prêtre lecteur") qui sont censés se trouver aux points cardinaux. Tous tiennent en main un vase nemset d'où l'eau ruisselle autour du défunt et jusqu'à ses pieds. Ce dernier se tient sur une colline sableuse, évoquée par le hiéroglyphe de la 'montagne', dont le milieu est comblé par le hiéroglyphe 'fête'. Trois autres de ces hiéroglyphes sont représentés inversés au-dessus du défunt. Ils sont donc quatre, comme les prêtres, comme les points cardinaux.
Les deux légendes de la scène se lisent :
à droite : "Paroles dites, quatre fois : 'ta purification est la purification de Doun-Anouy, l'Osiris, Sennefer, juste de voix' ".
à gauche : "Paroles dites, quatre fois : ta purification est la purification d'Horus, l'Osiris, le maire, Sennefer' ".

 Pilier 4 

1)- Face est

"Le maire de la Ville du Sud, directeur de la beauté d'Amon-Ra, Sennefer, juste de voix devant Osiris, le grand dieu, seigneur de l'Éternité." est assis sur un coussin, qui ne remonte plus dans le dos. Le siège repose de nouveau sur une surface en pierre ou une estrade où se trouve un grand vase blanc.
Le défunt porte ses bijoux, mais pas son double cœur. Il tend ses deux mains vers Meryt qui se tient debout devant lui et lui présente une coupe d'une main, tandis que l'autre semble saisir ou soutenir son coude, signe d'appel sexuel.
Ceci est confirmé par le texte : "[Pour] ton Ka, faire un jour heureux dans ta place d'éternité. La maîtresse de maison, Meryt, juste de voix." Dans le concept de 'jour heureux' figurait pour les Égyptiens le fait d'avoir des relations sexuelles.
Au-dessus de la scène, les yeux Oudjat, le Shen et le noun dont nous avons parlé déjà.

2)- Face sud ( vue d'ensemble)

"Le noble héréditaire, le maire, le grand confident du seigneur des Deux Terres, le supérieur des jardins d'Amon, le maire de la Ville du Sud, Sennefer, juste de voix devant le grand dieu, seigneur de Djedou" (le titre de 'grand dieu, seigneur de Djedou', déjà rencontré, désigne Osiris dont une représentation fréquente est celle d'un Djed anthropomorphisé ; Djedou (pluriel de Djed) est la ville du Djed…) se tient assis en face de "Sa compagne, son aimée, la chanteuse d'Amon, la favorite de Mout de l'Isherou, la maîtresse de maison, Meryt, juste de voix.". Il porte de nouveau son pendentif estampillé aux noms d'Amenhotep II. Cette fois son siège a retrouvé son dossier bas garni d'un coussin. Deux grands vases se dressent en dessous. Le couple se tient respectivement bras, épaule et coude, dans une symbolique non équivoque pour qui sait la déchiffrer.

3)- Face ouest

Pour la première (et unique) fois "Le maire de la Ville du Sud, Sennefer, juste de voix" est assis sur un tabouret à pieds croisés (peut-être un pliant). Il a ses bijoux, mais pas son pendentif. Sa main droite serre l'étoffe pliée, et la gauche porte la fleur de lotus ouverte à ses narines. Derrière son épaule gauche pend une sorte de ruban qui descend dans le dos. Meryt lui présente deux écharpes à extrémités frangées, et lui dit : "Donner du lin. Sa compagne, Meryt".
Au-dessus de la scène, une nouvelle fois l'œil, le vase, l'anneau et l'eau, qui représentent la promesse de renaissance complète, éternellement renouvelée, du défunt à partir de l'eau de la matrice dans laquelle il se régénère chaque jour.


Au-dessus de la frise on trouve un court texte sur un fond jaune :
"Paroles dites par le vénéré devant Anubis, le jardinier du dieu, l'Osiris, Sennefer, juste de voix".

4)- Face nord

La scène est proche de celle de la face nord du pylône 3, à la quelle d'ailleurs elle fait face. Sennefer est debout sur le hiéroglyphe de la montagne, c'est-à-dire la colline de sable. De la main gauche, il empoigne un long sceptre Sekhem, emblème de son pouvoir, tandis que dans la droite il tient une de ses cannes de fonction. Il ne porte pas son pendentif.
Quatre officiants symbolisant les points cardinaux sont agenouillés devant lui, faisant le geste henou. Il s'agit d'un "Prêtre lecteur en chef" (haut gauche), d'un "Prophète de la belle demeure" (haut droite), d'un "compagnon (du roi)" (bas gauche) et d'un "Prêtre" (bas droite).
En bas, à droite, on trouve un pilier Djed partiellement anthropomorphe, avec un bras droit levé qui brandit un grand sceptre Sekhem vers le défunt, et un bras droit qui serre une étoffe. En face se trouvent deux présentoirs contenant des jarres ou des pots.
Le long texte qui décrit la scène proclame : "Une offrande que le roi donne à Osiris, seigneur de l'éternité, afin qu"ils donnent l'entrée et la sortie de la nécropole, et le repos en sa place pour l'éternité, pour le maire de la Ville du Sud, le directeur des champs d'Amon, le directeur des jardins d'Amon, Sennefer, juste de voix."
Sur la frise qui relie les deux piliers nord sont inscrites deux légendes sur un fond blanc, avec de nouveau les noms de deux des enfants d'Horus. Chacune débute au milieu :
La plus proche du pilier 3 : "Le vénéré Douamoutef, et l'Osiris, Sennefer, juste de voix"
La plus proche du pilier 4 : "Le vénéré Qebehsenouef, et l'Osiris, Sennefer, Juste de voix".


Bibliographie
• ANGENOT Valérie : "Les Peinture de la Chapelle de Sennefer", Revue Égypte, Afrique & Orient N°45, p.21-32, 2007
• ANGENOT Valérie : "Le texte en écriture rétrograde de Sennefer et les 'scribes montrant du doigt'. Étude sur les vectorialités", in "Thèbes aux 101 portes", Monumenta Aegyptiaca X, Fondation égyptologique Reine Élisabeth, Brepols, p. 11-25, 2010
• CALMETTES Marie-Astrid : "La tombe de Sennefer - Réflexions sur le programme décoratif du caveau (TT 96B)", Revue Égypte, Afrique & Orient N°45, p.53-64, 2007
• CARRINGTON Jenny : Peintures sur papyrus et hiéroglyphes, translittération, traduction (en Anglais).
•  Centre de Recherches en Archéologie et Patrimoine, Université Libre de Bruxelles ( CReA)
• CUMMING Barbara : Egyptian Historical Records - Fascicle II, Arts and Phillips Ltd, England, 1984; sect.432, pp.119-133.
• DAVIES N. de Garis: Bulletin of the Metropolitan Museum of Art, II, New York 1929, pp.41-46.
•  EATON-KRAUSS Marianne : "The Fate of Sennefer and Senetnay at Karnak Temple and in the Valley of the Kings", JEA 85, p 113-129, 1999
• EGGEBRECHT Arne, GUNDLACH Rolf : "Sen-nefer - Die Grabkammer Des Burgermeisters Von Theben", Philipp von Zabern, 1986
• FONDATION KODAK-PATHÉ : Reconstitution du caveau de Sennefer dit "Tombe aux vignes", Paris, 1985
• HELCK Wolfgang : Urkunden der 18, Dynastie, Akademie Verlag, Berlin 1956, pp.1417-1434 in script version (pp.86-95 in translation).
• HODEL-HOENES Sigrid : Life and Death in Ancient Egypt, (English translation by David Warburton), Cornell University Press, 2000, pp.112-139.
• KAMPP Friederike: Die thebanische Nekropole, Mainz am Rhein 1996, pp.360-364.
• LABOURY Dimitri : "Sennefer et Aménémopé, Une Affaire de Famille", "Égypte, Afrique & Orient #45, (2007), p.43-52"
• MALEK Jaromir, FLEMING Elisabeth, HOBBY A : "Two destroyed scenes in the burial chamber of the Tombeau des Vignes (TT 96)", in Alessandra Nibbi : Discussions in Egyptology 62, 2005, pp. 49-54"
• PORTER Bertha and MOSS Rosalind : Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs and Paintings. I. The Theban Necropolis. Part l. Private Tombs, Oxford 1994, pp.196-203.
• TAVIER Hugues : "La Conservation-Restauration de la Chapelle de Sennefer", Revue Égypte, Afrique & Orient N°45, p.33-42, 2007
•  TEFNIN Roland : "Archéologie et conservation dans les chapelles de Sennefer (TT 96) et Aménémopé (TT29), BSFE 154, p. 7-28, 2002
• VIREY Philippe : "La Tombe des Vignes à Thebes", Recueil de Travaux, Vol. XX, 1898; pp.217-219.

Pages web par Thierry Benderitter
Texte par Jon J Hirst
Traduction par Thierry Benderitter
Photographies par Tish Chapman, Jon J Hirst, Christiane Dispot, Christian Mariais,
Daniel Malnati, Thierry Benderitter, Jean-Pol Schrauwen, Benoit Claus
et le projet ULB/MANT (avec l'aimable autorisation de Laurent Bavay)
Dessins créés par Jon J Hirst
Informations complémentaires par les membres du projet ULB/MANT
notamment Laurent Bavay et Dimitri Laboury
© OsirisNet 2010


 PAGE 1   PAGE 2   PAGE 3   PAGE 4   PAGE 5   PAGE 6   PAGE 7   PAGE 8   PAGE 9