Aménophis ou Amenhotep ?
L'usage du nom Aménophis pour désigner plusieurs rois de la XVIIIe dynastie que d'autres ouvrages dénomment Amenhotep est déconcertant. La confusion provient d'une erreur dans la transmission de l'oeuvre de Manéthon par les Grecs, qui transformèrent le nom Amenhotep ("Amon est satisfait"), traduction littérale du nom égyptien, en Aménophis ("Amon dans Ipet"), "Ipet-sout" désignant le temple de Karnak.
En pratique, les deux noms sont interchangeables.

 AMENHOTEP III  

Amenhotep (Aménophis) III est le fils et successeur de Thoutmosis IV et le père du futur Amenhotep IV - Akhenaton. Il monte sur le trône vers l'âge de 12 ans. Son nom de naissance complet est Amenhotep-Heqawaset c'est à dire "Amon est satisfait - A la tête de Thèbes". Son nom de couronnement Neb-Maat-Re qui peut se traduire de différentes façons, notamment "Ra est maître de la Maat".
Le règne est long, de 36 à 40 ans selon les sources. Il s'agit d'une période de paix et de prospérité, avec une très faible activité militaire, le roi préférant la diplomatie de l'or notamment au Proche Orient. Apogée des arts, vaste programme de construction dans tout le pays...ce règne marque l'apogée de la civilisation égyptienne et le début de son déclin.
Les successeurs d'Amenhotep III et de son fils Akhenaton devront fournir des efforts militaires considérables pour rendre son empire -tronqué - à l'Égypte et ce sont des militaires - Horemheb puis les Ramessides - qui monteront sur le trône du Double Pays.

Amenhotep III s'était fait édifier sur la rive Ouest du Nil à Thèbes, sur le site de Kom el-Hettan, un immense Temple de millions d'années (improprement appelé Temple Funéraire), le plus grand jamais construit. Cet édifice est ruiné par un tremblement de terre, et servira de carrière aux souverains ultérieurs ; ses restes les plus connus sont les deux célèbres colosses de Memnon. Les fouilles entreprises depuis quelques années sur le site, sous la direction de Hourig Sourouzian permettent d'exhumer régulièrement des fragments de reliefs ou de statues qui, malgré leur intérêt, ne peuvent donner qu'une idée bien partielle de la splendeur ancienne de ce monument.

Sur le site de Malqatta se dressait l'énorme palais en briques crues destiné à la célébration de la fête jubilaire, le Heb-sed. Le site est aujourd'hui arasé mais on devine encore, de-ci, de-là, les restes de murs et des fragments de mosaïque colorée surgissent parfois du sable. Devant ce palais, le roi avait fait creuser un vaste lac, le Birket-habou, relié au Nil par un canal. Comme son temple, le palais est le plus vaste jamais construit par un roi d'Égypte.

Le roi ne fut pas en reste pour construire aussi sur la rive Est du Nil. Il fit continuer le travail commencé par Hatchepsout au temple de Louxor, et transforma cet édicule en un vaste et prestigieux monument tel qu'on peut encore le voir aujourd'hui. Il fit construire l'allée de sphinx reliant ce temple à celui de Karnak. Dans ce dernier, il fit un travail considérable avec notamment l'ajout d'un pylône.

Il s'ajoute à ces travaux à Thèbes les autres monuments qu'il a fait élever dans toute l'Égypte et jusque loin dans le Soudan.

Cette oeuvre monumentale gigantesque ne rend que plus incompréhensible l'état de sa tombe dans la Vallée des Rois.
Amenhotep III a choisi de rompre avec la tradition en choisissant la Vallée de l'Ouest et non la Vallée principale pour sa sépulture. Aucun aménagement particulier ne signale le monument, dont l'entrée n'est guère qu'un trou dans le sol, mais peut être voulait on ainsi, vainement, essayer de dissimuler l'entrée? Et nous verrons que si, du point de vue architectural, un travail considérable (et de qualité) a été effectué, il n'en est pas de même pour le programme iconographique.

 PETITE HISTOIRE DE LA TOMBE KV 22 

La tombe KV 22 (pour King Valley) ou WV 22 (pour West Valley) fut donc creusée dans un Ouadi situé perpendiculairement à l'axe principal de la vallée. Il est intéressant de noter que la seule autre tombe dans ce secteur est celle de Ay, pharaon qui clôturera la période amarnienne et dont on a tout lieu de croire qu'il occupa la tombe prévue initialement pour Toutankhamon se rapprochant ainsi du dernier pharaon "orthodoxe" dont il se voulait le continuateur.
Le monument fut officiellement découvert pendant l'Expédition d'Égypte de Bonaparte par Jollois et Devilliers. Ultérieurement, Theodore M. Davies y fouilla entre 1905 et 1914 sans laisser de rapport de ses activités. En février-mars 1915, le travail fut continué et achevé par Howard Carter.

Depuis septembre 1989, la tombe est restaurée par une équipe de l'Université Waseda (voir ICI). Celle ci est maintenant achevée, mais l'état de la tombe demeure préoccupant avec des fissures persistantes qui la rendent instable. Elle reste donc fermée au public pour l'instant.
En 2004, un rapport UNESCO concernant les phases I et II du projet a été publié mais est resté confidentiel (il est pourtant accessible, voir bibliographie).

 DESCRIPTION GÉNÉRALE 

Plan de la tombe

La tombe semble avoir été commencée pour Thoutmosis IV dont le nom a été retrouvé sur des dépôts de fondation. Mais c'est bien Amenhotep III qui a fait effectuer l'essentiel du travail et compléter le creusement et la décoration. Il est possible mais pas certain que les deux épouses principales du roi Tiy et Satamon aient été pressenties pour être enterrées ici.
Le sarcophage qui se trouvait dans la chambre funéraire a ultérieurement en a été retiré dès l'antiquité pour être ré-employé. A l'époque de Smendes, la momie du roi a été retirée de la tombe après son pillage et transportée avec d'autres dans la tombe KV 35. Des restes d'enterrements tardifs dont témoignent des fragments de sarcophage en bois sont datés de la Troisième Période Intermédiaire.

Le modèle général de la tombe est inspiré de celui de Thoutmosis IV ( tombe KV43). Comme celle de son père, la tombe d'Amenhotep III présente deux changements d'axe presque à 90°, mais dans des sens différents (gauche-droite chez Amenhotep; gauche-gauche chez Thoutmosis).
Dans les deux cas, la chambre funéraire n'est pas décorée et est flanquée de deux pièces latérales de grande taille (peut être destinées à l'enterrement de Tiy et de Satamon), avec un pilier unique et leurs propres annexes. Au niveau de la base de la salle du Puits, une chambre additionnelle est creusée selon l'axe de la galerie, mais elle est dirigée vers l'entrée chez Amenhotep et dans le sens opposé chez Thoutmosis.

Les corridors d'entrée et la salle du puits ont une orientation canonique Est-Ouest, puis une brisure d'axe à 90° vers la gauche survient au niveau de la première salle à piliers; l'axe devient alors Sud-Nord vers l'antichambre. A l'entrée de la salle funéraire, l'axe tourne encore à 90°, cette fois vers la droite pour redevenir Est-Ouest.

Depuis l'entrée on a ainsi parcouru 90m, sur 24m de déclivité, pour atteindre le sarcophage.

Organisation générale de la décoration :

Plan isométrique de la tombe
• Corridors d'entrée et escaliers (A-D): non décorés.
• Salle du Puits (E): scènes devant diverses divinités.
• Pièce au fond du puits (Ea): non décorée.
• Première salle à piliers(F): non décorée.
• Corridor et escaliers (G-H): non décorés.
• Antichambre (I): Scènes devant différentes divinités.
• Chambre funéraire(J): scènes de l'Amdouat;
  piliers avec Amenhotep III devant différentes divinités.
• Annexe (Ja): non décorée.
• Annexe (Jb-Jbb): non décorée.
• Chambre secondaire (Jc-Jcc): non décorée.
• Chambre secondaire(Jd):non décorée.
• Chambre secondaire (Je): non décorée.

 CORRIDORS D'ENTRÉE ET ESCALIERS [ A-D ] 

Courtesy of Les and Shirley Brown

Entrée...

A peine un trou
dans le sol.
Il est étrange de penser lorsqu'on se trouve devant ce trou à peine discernable dans la base de la falaise qu'il s'agit de l'entrée de la tombe d'un des plus grand pharaon que l'Égypte ait jamais connue.

On descend dans la tombe par une volée de marches très raides (A) qui nous emmènent dans un corridor en pente douce(B). Puis de nouveau un escalier raide de 16 marches (C) amenant à un corridor toujours en pente relativement douce (D) qui nous conduit à ce qu'on a coutume d'appeler la "Chambre (ou Salle) du Puits"(E).
A ce stade, nous avons parcouru 36m et sommes descendus à 14m sous terre.

Toutes les parties que nous venons de traverser sont absolument anépigraphes.
Enfin, nous arrivons à la première pièce décorée : la salle du Puits

 SALLE DU PUITS [ E et chambre annexe Ea ] 

La salle mesure 4,4m de large pour 3,6m de long. La hauteur sous plafond si le plancher avait existé aurait été de 2,5m. Le puits est profond de 5,9m à partir du pseudo plancher. Cette pièce est en effet creusée à sa base par un puits qui lui donne son nom. Les spécialistes ne sont toujours pas d'accord pour savoir la signification exacte de cette salle. Trois explications valables, non exclusives, sont proposées. Le puits aurait pu d'abord servir à décourager les voleurs. Ainsi chez Amenhotep III comme chez Thoutmosis IV, le corridor conduisant aux parties plus profondes de la tombe avaient été maçonné dans l'espoir que les pillards croient être dans un cul de sac, en vain bien sûr.
Le puits pouvait ensuite servir à empêcher les dégâts des eaux de ruissellement entrant dans la tombe au moment des rares mais très violents orages de la région. Mais alors pourquoi creuser une pièce à la base du puits?
Enfin une explication symbolique, qui a pu apparaître secondairement à l'idée de la retenue des eaux, est une connexion de cette pièce à l'océan primordial, le Noun.

A la base du puits, on trouve une pièce non décorée (Ea), dont l'accès se situe sur la paroi Est. Elle mesure 5m de large à son entrée et 3,5m au fond. Elle a 6m de long et une hauteur sous plafond de 2,5m.

Revenons à la salle elle même.
Comme on l'a dit plus haut, l'ouverture conduisant au corridor suivant avait été maçonnée puis recouverte d'une couche de plâtre afin d'essayer de la camoufler. Puis ici, comme sur les des parois longitudinales Nord et Sud également recouvertes de stuc, une décoration peinte, non sculptée fut appliquée sur un fond bleu-gris. Ce même fond sera repris plus tard dans la tombe de Horemheb KV57, puis dans celle de Ramses I.
Dans l'intervalle, Toutankhamon et Ay seront revenus à un fond jaune ocre.
Au sommet des murs, on trouve la classique frise de Khakérous. Elle est séparée des scènes sous-jacentes par une ligne épaisse comportant une bande de rectangles colorés. Cette ligne se prolonge verticalement aux angles de la pièce. Ainsi sont symbolisés le ciel et ses étais.

Dans chacune des figurations d'Amenhotep, il est surmonté par une figuration de la déesse Nekhbet : un vautour à une aile déployée au dessus de lui et tenant dans ses serres le signe shen. En dessous des scènes, et à quelque distance du plancher, on trouve deux bandes jaunes et rouges.
Le plafond présente un fond bleu nuit tapissé d'étoiles jaunes. Ainsi par exemple la vue au plafond de la sortie.

 MUR NORD (à gauche) 

Mur Nord (gauche) de la salle du puits. Photocomposition réalisée à partir des images du diaporama N°1

Quatre scènes se succèdent depuis l'entrée. La première est très intéressante et novatrice: Amenhotep III est accompagné et protégé par le Ka de son père Thoutmosis IV et accueilli par la déesse Hathor. Le ka porte dans sa main droite une plume de Shou, tandis que de la gauche il tient un long bâton.
On retrouvera cette scène du roi accompagné du Ka déifié dans les tombes de Toutankhamon et de Ay, mais dans ces deux cas ce sont les propres Kas des défunts qui les accompagnent. Dans les trois scènes suivantes, le roi reçoit le signe Ankh successivement d'Anubis, la déesse de l'Ouest et Osiris.

 MUR SUD (à droite) 

Mur Sud (droit) de la salle du puits. Photocomposition à partir du diaporama N°2


On retrouve pareillement quatre scène, avec une introduction du roi par le Ka de son père, mais cette fois devant la déesse Nout. Les trois autres scènes sont identiques à celles du mur controlatéral.
On remarquera les lacunes carrées à bords nets. Il s'agit d'actes de vandalisme commis au XIXème siècle. Les fragments de parois ainsi détachés sont exposés dans différents musées. Et il faut dire que le Louvre possède toujours trois de ces portraits qui seraient bien mieux à leur place dans la tombe.
Au passage, nous pouvons voir un caractère stylistique typique du règne d'Amenhotep III : les yeux largement fendus en amande, et très relevés vers le haut.

Les trois portraits du roi actuellement au Louvre


 MUR EST (dans le fond) 

Mur Est (fond) de la salle du puits.


A l'origine il y avait six scènes mais deux étaient placées sur l'ouverture replâtrée conduisant vers le corridor suivant et sont donc perdues puisque le mur a été détruit par les pillards pour accéder aux salles plus profondes. Seule une petite portion persiste au dessus de l'ouverture ( vue).
Sur les quatre scènes résiduelles, on voit Amenhotep recevant l'Ankh de la Déesse de l'Ouest puis d'Anubis.
La scène restante à l'extrême gauche de l'ouverture montre le roi recevant la vie de Hathor ( vue en coin).

 PREMIERE SALLE À PILIERS [ F ] 

La pièce mesure 6,2m de large pour 10,25m de long, avec une hauteur sous plafond de 2,5m. A partir de cette pièce, l'axe change comme nous l'avons vu. Un brusque coude sur la gauche fait passe l'orientation de Est - Ouest à Sud - Nord. Dans ce nouvel axe, deux piliers se détachent. Disposés à égale distance, ils ont un section d'environ 1m carré.
On quitte la pièce par un escalier taillé dans le plancher à l'angle Nord - Ouest de la pièce, à gauche du second pilier.

Cette salle est anépigraphe et le creusement du côté Sud - Ouest de la paroi n'a pas été jusqu'au plafond sur toute sa longueur.

 CORRIDORS ET ESCALIER [ G-H ] 

On poursuit son chemin en quittant la première salle à piliers par un escalier raide qui nous amène à un autre corridor (G), puis de nouveau un escalier escarpé (H), pour aboutir à l'antichambre (I). Entre la salle à piliers et l'antichambre il y a 17m, mais une différence de niveau de 9m entre les deux planchers. Nous sommes maintenant à environ 23m de profondeur. Les deux escaliers et le corridor se terminent tous trois par des portes mais restent complètement anépigraphes.

Graffiti

A droite de l'entrée de l'antichambre on a retrouvé un petit graffito hiératique qui dit "An trois, troisième mois de la saison Akhet, jour sept". La signification de cette inscription reste mystérieuse, car si elle marque le jour de l'enterrement du roi, elle ne peut pas faire référence au règne d'Amenhotep III. Certains y ont vu un argument pour une corégence avec son fils Amenhotep IV qui n'était pas encore Akhénaton.

 ANTICHAMBRE [ I ] 

La pièce mesure 3,8m de large pour 5,1m de long, avec une hauteur sous plafond de 2,65m. La porte dans le mur arrière (Nord) avait été scellée immédiatement après l'enterrement, puis recouverte de plâtre et rapidement peinte.
Comme dans la chambre du puits, seuls trois murs sont décorés ici., à gauche (Ouest), à droite (Est), et le mur arrière au fond, qui fait face au visiteur à l'entrée.
Chaque mur présente le même schéma décoratif que celui de la salle du puits. Au sommet nous retrouvons donc la frise de Khakérous reposant sur une épaisse ligne ponctuée de rectangles, qui se poursuit sur les côtés. Et là encore la déesse vautour Nekhbet au dessus des figurations du roi. Le même motif d'étoiles sur fond bleu nuit orne le plafond.

 MUR OUEST (à gauche) 

Mur Ouest (gauche) de l'antichambre. Photocomposition d'après diaporama N°3


Six scènes sont successivement représentées. La première à partir de l'entrée montre le souverain recevant le signe Ankh de la déesse Hathor. Les autres scènes le montrent avec Nout, avec la déesse de l'Occident, avec Anubis, de nouveau avec Hathor et enfin avec Osiris.

 MUR EST (à droite) 

[Désolé mais nous ne disposons pas encore de toutes les photos de ce mur actuellement.]

Mur Est (droit) de l'antichambre. Photocomposition.


Ce mur est très endommagé mais on reconnaît qu'il comportait lui aussi six scènes qui devaient être très superposables à celles de son vis à vis, avec les mêmes divinités.

 MUR NORD (au fond) 


Mur Nord (fond) de l'antichambre.


A l'origine ce mur comportait quatre scènes divisées en deux groupes, deux faisant face au Nord et deux au Sud. Les deux scènes à main droite se trouvaient recouvrir l'ouverture d'accès à la chambre funéraire et ont donc quasiment disparu quand le mur a été éventré par les pillards. Elles montraient le roi et son ka (ou celui de son père) devant Nout puis devant Hathor. Seul persiste la partie supérieure du tableau ( vue).
Dans les deux scènes restantes, à gauche, on voit Amenhotep III devant la déesse de l'Occident puis devant Anubis qui lui tendent le signe Ankh à la narine.
Vous pouvez vous rendre compte du travail accompli par les restaurateurs sur cette composition avant/après.

 CHAMBRE SéPULCRALE [ J ] 

On pénètre dans l'angle Sud-Ouest de la salle à piliers de la chambre funéraire en descendant deux marches. La porte n'est pas décorée.
Cette nouvelle pièce présente la seconde rupture d'axe de la tombe puisque cet axe tourne sur la droite de 90° pour revenir à celui d'origine Est-Ouest. Remarquons que si on avait opéré une seconde rotation dans la même sens que la première, le sarcophage se serait retrouvé à l'Ouest comme chez Thoutmosis IV, une situation qui semblerait plus logique symboliquement.

La chambre sépulcrale
et ses annexes

 ARCHITECTURE 

La chambre sépulcrale a deux niveaux.
La partie supérieure comporte six piliers disposés en deux rangs de trois alignés le long du nouvel axe Est-Ouest. Entre les deux piliers les plus à l'Est un escalier de cinq marche descend vers la plate-forme en contrebas sur laquelle reposait autrefois le sarcophage. La largeur de la salle est d'environ 8m pour une longueur de 15,5m (environ 10m pour la partie avec piliers).
La hauteur sous plafond est de 3m dans la salle à piliers et de 4,6m dans la zone basse.
Les murs Nord et Sud de la salle à piliers comportent des ouvertures vers des chambres latérales (Ja et Je). A partir de la plate-forme, trois autres ouvertures mènent à d'autres chambres latérales: Nord (Jb et Jbb), Est (Jc et Jcc) et Sud (Jd). Voir détails sur ces chambres ci dessous.
On trouve également dans les murs de cette partie basse quatre niches destinées à accueillir les "briques magiques", deux sur le mur Est et deux sous chacun des deux derniers piliers présents à l'étage du dessus ( vue 59 et vue 60).

Le sarcophage lui même devait être posé sur des blocs car deux petites tranchées parallèles on été évidées dans le sol de la pièce du bas. Actuellement, seuls le couvercle du sarcophage et quelques fragments, en granit rouge, sont encore visibles.
Au Sud-Est de cette zone, un petit puits a probablement servi pour le coffre contenant les vases à canopes.
Les murs ainsi que les faces des piliers étaient décorés, mais ce décor a presque disparu. Le plafond également, qui comportait l'habituel fond bleu semé d'étoiles ( vue 86).

 PROGRAMME DÉCORATIF 

Les murs étaient plâtrés et couverts de deux versions peintes du Livre de l'Amdouat, l'une complète, l'autre abrégée. Chacune débute à l'extrémité gauche du mur Nord et se déroule ensuite dans le sens des aiguilles d'une montre.
Les murs ont beaucoup souffert, notamment les parties basses, et une grande partie de leurs décors ont disparu.
La couverture photographique ci dessous n'est pas complète, mais donne tout de même une bonne idée de l'ensemble.

Mur Nord

Mur Est

Mur Sud

Localisation incertaine


DÉCORATION DES PILIERS

Ils sont au nombre de 6, déterminant ainsi 24 faces.
Seule une des faces est restée quasiment intacte (voir pilier complet et à droite).
Au dessus de chaque face de pilier, le hiéroglyphe du ciel est représenté ainsi qu'une frise de Khakérous. Ici encore, chaque figuration du souverain est surmontée par un vautour tenant dans ses serres un signe shen d'éternité. Une ligne de rectangles colorés entoure chaque scène en haut et sur les côtés tandis qu'en bas on retrouve une double ligne jaune et rouge.
Le carroyage initial fait de lignes rouges dont se servaient les artistes pour cadrer leurs représentations est encore focalement visible.
Certains piliers sont très endommagés et ici encore des vandales ont découpé les figures de certaines des représentations. On peut cependant remarquer sur la photo centrale que le visage d'Hathor qui avait été découpé a pu être récupéré et remis en place.

Les figurations d'Amenhotep font face à diverses divinités (Hathor, Osiris, la déesse de l'Occident et Anubis) selon l'ordre suivant :

  • sur toutes les faces Sud (à droite sur le plan ci contre) on trouve la déesse de l'Occident.

  • sur toutes les faces Nord (à gauche sur le plan) on trouve Hathor.

  • les deux autres faces montrent Osiris sauf la face Ouest du 5ème pilier (à l'opposé du sarcophage) et la face Est du 6ème pilier (regardant le sarcophage) qui sont réservées à Anubis.

Diaporama N°4 montrant 16 des 24 faces des piliers



 SALLES ANNEXES DE LA CHAMBRE SéPULCRALE [ Ja-Je ] 

Veuillez vous référer au plan ci dessus pour leur localisation.

Chambre Ja
Son accès se fait par une ouverture au centre du mur Nord. Elle mesure 3,7m de large pour 2,6m de long avec un plafond à 1,7m. Son plancher est en contrebas de celui de la pièce précédente. Elle n'est pas décorée.

Chambres Jb et Jbb
On rentre dans cette pièce non décorée par une ouverture dans le mur Nord de la plate-forme du sarcophage. Elle mesure 8,4m de large et 7,5m de long avec une hauteur sous plafond de 3m. Le niveau du sol est environ 70cm plus bas que celui de la plate-forme. Un pilier unique de 70cm carrés est présent en son centre. Cette pièce semble avoir été agrandie pour accueillir la dépouille de Satamon, épouse et fille du pharaon.
Le mur Est de cette pièce est lui même percé d'une ouverture conduisant vers une petite chambre (Jbb)de 4,2m de large pour 2,7m de long, avec un plafond à 1,9m. Le sol est lui aussi surbaissé par rapport à la chambre précédente.

Chambre Jc et Jcc
Il s'agit également d'une pièce assez vaste dont l'ouverture se trouve sur le mur Est de la plate-forme du sarcophage, juste à côté du mur Nord. Elle mesure 6,3m de large sur 7,8m de long avec une hauteur de plafond de 2,9m. Le sol est 65cm plus bas que celui de la salle précédente.
Un pilier de 90cm carré de section est présent, décentré vers le coin Sud-Ouest.
Les murs et le pilier de cette pièce ont été plâtrés et comportent une décoration de Khakérous au dessus de l'entrée et sur le mur Nord.
L'ouverture réalisée dans le mur Est, à sa jonction avec le mur Sud, conduit à une autre petite pièce (Jcc) de 3,8m de large sur 3,1m de long, avec un plafond à 2m.
Ici aussi, le sol est légèrement en contrebas.

Chamber Jd
Petite pièce dans laquelle on rentre par une ouverture située dans le coin Nord du mur Est Ses dimensions sont de 4,5m de large, 2,6m de long, et 1,7m de haut. Le sol est au même niveau que celui de la plate-forme du sarcophage.

Chambre Je
On rentre dans cette petite pièce par une ouverture située au centre du mur Sud de la salle à piliers. Elle mesure 2,6m de large et 3,6m de long, avec un plafond à 1,7m et un plancher surbaissé par rapport à la salle d'origine.

 SARCOPHAGE ET RESTES DIVERS

Momie et sarcophage
interne d'Amenhotep III


Couvercle du sarcophage
voir aussi diaporama N°5
Dans la chambre sépulcrale on n'a trouvé que des fragments du couvercle du sarcophage en granit rouge d'origine.
Suite aux pillages de la nécropole, les prêtres d'Amon de la XXIème dynastie ont décidé de retirer la momie de la tombe pour la mettre en sécurité dans la tombe KV 35 d'Amenhotep II, où elle sera redécouverte par Victor Loret en 1898.
La momie était très endommagée, la tête détachée du corps, mais le sarcophage interne en bois était dans un état satisfaisant. Voyez le Theban Royal Mummy Project pour plus de détails. [NB : actuellement les identifications de plusieurs momies royales sont mises en doute, dont celle d'Amenhotep III]
Un fragment du coffret à canopes en calcite d'Amenhotep III a été retrouvé dans la chambre sépulcrale.

Aucun des rares éléments du mobilier funéraire du roi encore présent dans la tombe n'a été retrouvé intact. Néanmoins on a tout lieu de penser que ce mobilier devait être proche de ce qui a été retrouvé dans la tombe de Toutankhamon.
Comme déja signalé, il est possible, mais sans aucune certitude, qu'une des deux épouses principales du roi, Tiy ou Satamon ait été enterrée dans cette tombe même si le roi lui même l'a certainement été.

CONCLUSION

En analysant le programme décoratif de la tombe d'Amenhotep III, comme d'ailleurs celui de la tombe de son père Thoutmosis IV, on ne peut qu'être frappé par sa relative pauvreté et son caractère stéréotypé tandis que le creusement de cette énorme syringe est achevé et très bien fait.

Les grandes représentations du souverain et des divinités occupent des pans entiers des murs, réduisant d'autant le répertoire des scènes. Leur aspect juvénile est caractéristique de la fin du règne. Si leur réalisation est soigneuse, elle n'a cependant rien d'exceptionnel. De plus aucune des scènes n'a été gravée.
Tout cela augure d'un travail fait à la hâte et dans un temps limité, peut être celui séparant la mort du roi de ses funérailles.

Pourtant, vu la longueur et la richesse du règne, la tombe aurait très bien pu être complétée du vivant du roi.
Nous touchons ici un problème qui n'est pas spécifique à Amenhotep III mais qui se retrouve à des degrés divers dans toutes les tombes royales : aucune n'est complète (même pas celle de Sethy I, où on sait pourtant que les travaux ont été activement menés du vivant du roi).
Les raisons de cet état de fait ont probablement varié au cours du temps, et restent discutées.
Il pourrait s'agir d'une volonté délibérée de ne pas représenter des images et des scènes qui, par leur caractère magique et la puissance dont elles sont investies, auraient pu nuire au roi sur terre, voire à l'équilibre du monde. On aurait ainsi attendu le décès du souverain pour, en hâte, les réaliser.
Ceci peut expliquer que la décoration soit inachevée au moment de l'enterrement : un jour, on a signifié aux décorateurs qu'ils devaient quitter la tombe, et ils sont partis.

Les pharaons ramessides, sans doute conscients de ce problème, semblent avoir changé de tactique, acceptant la représentation de certaines scènes, tandis que celles considérées comme les plus dangereuses n'étaient réalisées qu'après la mort du roi, limitant ainsi les registres inachevés.

Ce problème intriguant reste toutefois sans réponse formelle à ce jour.

Bibliographie
  • AMÉNOPHIS III, LE PHARAON SOLEIL, RMN, Paris, 1993
  • AMÉNOPHIS III : l'Égypte à son apogée, Les Dossiers d'Archéologie, n°180, 1993
  • CABROL Agnès : "Amenhotep III le magnifique", ed. Le Rocher, Champollion collection, 2000
  • JOHNSON George B., FORBES, Dennis : "Given life forever. The funerary monuments of Amenhotep III", KMT, Vol 18, n°3, p. 36-52, 2007
  • KONDO Jiro : "A preliminary report on the re-clearance of the tomb of Amenophis III" in REEVES Nicholas : "After Tutankhamun", Kegan Paul, 1992
  • PIANKOFF Alexandre, HORNUNG Erik: "Das Grab Amenophis' III im Westtal der Könige", MDAIK 17, 113, p. 111-127, 1961
  • PORTER Bertha, MOSS Rosalind L. B.: Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs, and Paintings I: The Theban Necropolis, Part 2, Royal Tombs and Smaller Cemeteries. 2nd ed. rev. and augmented, p. 547-551, Oxford: Clarendon, 1964
  • REEVES Nicholas, WILKINSON Richard H.: "The Complete Valley of the Kings", Thames and Hudson, 1997
  • THE ART OF AMENHOTEP III: Art historical analysis, Lawrence M. Berman ed, The Cleveland Museum of Art, 1987
  • The "Theban Mapping Project" site
  • THOMAS Elizabeth: "The Royal Necropolis of Thebes", p. 83-87. Privately published, Princeton, 1966
  • UNESCO: "Conservation of the Wall Paintings in the Royal Tomb of Amenophis III", edited by S. Yoshimura and J. Kondo, Akht Press, Tokyo, 2004
  • WASEDA University site: "Interim report of the re-clearance at the royal tomb of Amenophis III (KV 22)"
  • YOSHIMURA Sukuji, KONDO Jiro : "The tomb of Amenophis III: Waseda University expeditions 1989-2000", Annales du Service des Antiquités de l'Égypte, 78, p. 205-209, Le Caire, 2004
  • YOSHIMURA Sakuji, AKIKO Nishisaka, KAZUMITZU Takahashi : "Report on the conservation work on the wall paintings in the royal tomb of Amenophis III (KV 22)". The Journal of Egyptian Studies 19, 43-58, 2013

Texte, page web et dessins par Jon J Hirst
Photographies par Christiane Dispot et Les & Shirley Brown
© Copyright OsirisNet 2015