Apparemment parti de peu, May est un personnage hors du commun, qui a réussi à se faire octroyer des charges et des titres qui comptent parmi les plus élevés de l'État égyptien. Ses débuts doivent tout au soutien que lui a accordé Akhénaton, puis il réussit à traverser tous les règnes de la période amarnienne et post amarnienne en gardant ou en retrouvant ses hautes fonctions.
Peut-être May est-il un de ces opportunistes qu'Akhénaton avait choisi pour remplacer certains membres de l'ancienne classe politique par des hommes de confiance. Et May a su gagner celle du roi, puisqu'il obtient le droit de se faire aménager une tombe sur le site d'Amarna, la TA 14.
Dès que le jeune Toutankhamon monte sur le trône, May, qui a changé son nom en celui de Maya, est (re)devenu un des principaux personnages de l'état égyptien et le restera jusqu'à sa disparition sous le règne d'Horemheb. Pendant cette période, il se fera faire une remarquable tombe-temple dans la nécropole de Saqqara.

Dans la description qui suit, nous allons examiner la première phase, amarnienne, du parcours de May. Après le retour à l'orthodoxie amonienne, celui qui est devenu Maya poursuit sa carrière au sommet de l'état, entre Thèbes et Memphis où il finira sa vie. Cette seconde partie est à découvrir dans .

May(a), la personne

May et Maya

Le nom de Maya correspond-il à une ou deux personnes, l'une memphite, l'autre amarnienne ?
Le problème était compliqué par le fait que la tombe de Maya à Saqarra restait introuvable, tandis que la tombe TA 14 de May n'avait jamais disparu. Il a fallu attendre 1986 pour que la tombe de Saqqara soit redécouverte par la mission EES-Leiden. Un des directeurs, Jakobus van Dijk, a pu alors enfin réunir les éléments permettant d'affirmer que May et Maya sont une seule et même personne, qui commence sa carrière sous Amenhotep IV-Akhénaton, voire sous Amenhotep III, puisqu'il a vraisemblablement grandi à la cour de ce dernier.

Maya memphite a donc pu être identifié comme ayant été un des courtisans d'Akhénaton, un personnage de haut rang du nom de "May" (sans le "a" final). L'étude d'une base de statue de Copenhague confirme que le nom de Maya peut parfois être écrit sans le "a" final. Cette graphie May reste en usage au début du règne de Toutankhamon, tandis qu'à partir de la fin du règne, le nom est toujours écrit avec un "a" terminal.

Ses titres à Amarna

"Prince", "Comte", "Chancelier royal", "Ami unique", "Scribe du roi", "Général du Seigneur des Deux Terres", "Intendant de la maison de Sehetep-Aton", "Superviseur de tous les travaux du roi", "Scribe des recrues", "Flabellifère à la droite du roi", "Intendant de la maison de Ouaenrê (Akhénaton) à Héliopolis", "Superviseur du bétail du temple de Rê dans Héliopolis".

Ainsi, May exerce certaines de ses fonctions en dehors d'Amarna. Rappelons que Valérie Angenot a montré que, très vraisemblablement, le nom "Akhetaton" "l'Horizon d'Aton" n'est pas exclusivement réservé à la ville d'Amarna, mais peut désigner l'emplacement d'autres centres de culte d'Aton situés ailleurs dans le pays.
May exerce son activité notamment à Héliopolis, nom grec de l'antique "Iounou", capitale du 13e nome de Basse-Égypte. Héliopolis est vouée au dieu soleil Rê auquel était consacré un temple gigantesque, dont le témenos est plus grand que celui de Karnak ; on y trouve aussi un temple à Aton et un palais royal sans doute plus cérémoniel que fonctionnel, dont May est l'intendant.
Héliopolis est aussi la ville du taureau sacré Mnevis, comme Memphis est celle du taureau Apis. Mnevis avait pour Akhénaton une importance singulière dont la cause nous échappe. En effet, c'est sur les toutes premières stèles frontières qui bornent le site d'Amarna (dans la "déclaration préliminaire") qu'il ordonne de préparer une sépulture pour Mnevis.

Au vu de cette liste de titres, on voit que May s'est vu confier par Akhénaton des prébendes qui font de lui un des hommes les plus puissants du pays. Nul doute que le courtisan a écouté avec une attention particulière (réelle ou feinte) "l'enseignement" du roi et l'a mis en pratique. Peut-être May est-il un de ces opportunistes qui entouraient Akhénaton, des hommes qui lui devaient tout, que le roi avait choisis pour remplacer certains membres de l'ancienne classe politique. Et May a su gagner sa confiance, puisque, outre ses nombreux titres, il obtient le droit de se faire aménager une tombe sur le site d'Amarna, la TA 14.

Il existe quelques différences entre les titres qu'on trouve à Amarna et ceux qu'on retrouvera plus tard dans la tombe memphite. On remarque surtout l'absence dans TA 14 d'un titre majeur qui figure dans la tombe de Maya à Saqqara, celui de "Directeur du Trésor" ; a contrario, les titres de "flabellifère à la droite du roi" et de "surveillant de tous les travaux du roi" ne sont pas mentionnés à Saqqara.
Pour Van Dijk, cela ne représente pas un obstacle insurmontable pour considérer qu'il s'agit du même personnage. Un changement de carrière en est la cause vraisemblable, comme le montre le cas du médecin en chef d'Akhénaton, Pentou, qui est devenu plus tard l'un des deux vizirs de Toutankhamon.

Disgrâce ou volonté de dissimulation ?

La faveur dont May jouit auprès d'Akhénaton est attestée par le droit de se faire aménager une tombe à Amarna, numérotée TA 14.
La tombe amarnienne de May est restée inachevée, comme toutes les tombes privées de ce site. Dans le cas de May, la seule partie achevée est le couloir d'entrée. À l'intérieur de la tombe, seule une scène a été esquissée sur un mur.

The plaster is very adhesive Le plâtre est très adhérent
Dans le couloir d'entrée, les figures de May et ses noms, où qu'ils se trouvent, ont été effacés, y compris dans le long texte autobiographique sur l'épaisseur sud du couloir d'entrée. Tous ces éléments, ainsi qu'une partie du texte, ont été non seulement effacés, mais aussi recouverts d'une couche de plâtre particulièrement tenace. Ceci a posé un important problème à Norman de Garis Davies lorsqu'il a entrepris le relevé des inscriptions dans la chapelle et certains glyphes n'ont pas pu être identifiés formellement. Néanmoins, la lecture du texte est possible, comme nous le verrons plus bas.
Cette volonté délibérée d'effacer le souvenir de May ont fait conclure à Davies, puis à Hari et Schneider, que le fonctionnaire était tombé en disgrâce.

Mais il y a une autre explication possible.

Après le retour de la cour à Memphis et à Thèbes et la restauration de la religion traditionnelle par Toutankhamon et ses successeurs, celui dont le nom est maintenant Maya, veut peut-être effacer les traces de son passé amarnien. Et ce d'autant plus qu'il s'est vu confier un ensemble de missions destinées à faire oublier le règne de "l'hérétique". En effet, selon Van Dijk, C'est probablement lui qui a été désigné pour organiser le transfert du corps d'Akhénaton depuis Amarna jusqu'à la Vallée des Rois, à Thèbes, pendant le règne de Toutankhamon. Il a également supervisé les travaux des deuxième, neuvième et dixième pylônes de Karnak, tous remplis de talatat provenant du démantèlement du temple au dieu Aton qu'Akhenaton avait fait construire à Thèbes. Les inscriptions dans la tombe Memphite indiquent également que Maya était directement impliqué dans la restauration des cultes traditionnels, étant "le porte-parole du roi pour fournir les temples et façonner les images cultuelles des dieux".
May(a) pourrait bien avoir ordonné lui-même l'effacement de l'autobiographie qui figurait dans son ancienne tombe d'Amarna, suivi d'un plâtrage méticuleux. Il y décrivait entre autres la différence entre sa situation de naissance, lorsqu'il "mendiait son pain" et celle que lui avait faite Akhénaton, côtoyant les princes ; comme beaucoup de fonctionnaires amarniens, on peut donc penser que May est un parvenu opportuniste. Le tout s'accompagne d'une flagornerie insistante qui pouvait être gênante une fois le roi disparu.

Situation of tomb TA 14Situation de la tombe TA 14

La tombe de May

Elle appartient au groupe sud, qui comporte 19 tombes numérotées (TA 7 à 25). Elles sont creusées dans les flancs d'un plateau bas, dans une roche de très mauvaise qualité. Elles ne sont pas aussi imposantes que les tombes du groupe nord, mais plus diverses. Elles ont continué à être utilisées comme sépultures dans les époques ultérieures, en particulier de la XXVe à la XXXe dynastie, époque à laquelle remontent les innombrables tessons de poteries qui tapissent aujourd'hui encore la zone.

La façade

La façade est réduite. Jambages et linteau
sont masqués par les portes métalliques

L'avant-cour qui mène à la façade de la tombe n'est pas plus large qu'elle. Les ouvriers ont creusé vers le bas dans le gebel et ont véritablement fait sortir de terre cette façade, dans laquelle ils pourront alors commencer à creuser à l'horizontale.

Le linteau

Le linteau surplombant la porte est caché par les portes métalliques. Il est quasiment détruit, sauf à l'extrémité nord où des porteurs d'éventails et des préposés courbés en deux sont encore visibles. Un fragment de texte les décrit: "Les serviteurs du roi dans leur multitude, ceux qui accompagnent leur seigneur [... et qui écoutent] la voix de sa personne."
Sont également nommées :
"La fille du roi, issue de son corps], sa bien-aimée, Maketaton."
"La fille du roi, issue de son corps], sa [bien-aimée], Ankhsenpaaton, [née de] la Grande Épouse Royale Neferneferouaton–Néfertiti, puisse-t-elle vivre !"
"La sœur de la Grande Épouse Royale, Moutnedjemet." Nous reparlerons d'elle.

On remarque au-dessus du linteau que, malgré la mauvaise qualité de la roche, une corniche à gorge a été taillée dans la paroi ().

Les jambages

Des sont présentes autour de l'entrée, sur les jambages de gauche et de droite. Le nom de May et certains de ses titres, notamment celui de Scribe Royal ont été martelés puis enduits d'un plâtre très collant qui a considérablement gêné Davies lors du déchiffrage.

jambage gauche
cliquez sur les
zones colorées

Texte sur le jambage gauche

()

A - Titulatures standard de Horakhty-Aton, du roi et de la reine.

B –"Une offrande que donne le roi à [Aton] le grand, vivant, demeurant dans la fête-sed, seigneur du ciel et de la terre, qui illumine les deux rives. Puisse-t-il faire que je voie sa beauté au cours de chaque jour, ses rayons qui ruissellent sur ma poitrine."
"Pour le Ka du grand confident de son seigneur, à qui toutes choses sont dites afin qu'il les rapporte au Seigneur des Deux Terres : le flabellifère à la droite du roi, le véritable scribe du roi, qu'il aime, May, juste de voix."

C - "[Une offrande que donne le roi à son Ka qui vit de Maât], le Seigneur des Deux Terres, Neferkheperourê-Ouaenrê, doué de vie éternellement. Puisse son Ka, qui régit le site d'Akhetaton, accorder de belles funérailles au Ka d'un qui a été excellent en présence du Seigneur des Deux Terres, qui a rempli les oreilles d'Horus avec Maât, le général du Seigneur des Deux Terres, le vrai scribe du roi, son bien-aimé, May, juste de voix."

D - "[Une offrande que donne le roi à son Ka qui vit de Maât], le Seigneur des couronnes, Akhénaton], grand de temps de vie : puisse-t-il accorder l'entrée et la sortie de la maison du roi, (pour celui) dans la faveur du Dieu Bon, jusqu'à ce que je devienne un Vénéré".
"Pour le Ka de celui que le roi a fait grand en raison de son bon caractère, dont la position est due à sa (propre) excellence ; l'intendant de la maison 'Aton est apaisé', le vrai [scribe du roi, son] bien-aimé, May, [juste de voix]."

E – "Une offrande que donne le roi à la Grande Épouse Royale, sa bien-aimée, la Dame des Deux Terres, [Neferneferouaton-Nefertiti], qu'elle vive pour toujours et à jamais. Puisse-t-elle accorder ses faveurs, établies et durables, et des membres unis à la joie dont elle est la dispensatrice (??) ; pour le Ka du suivant du roi dans son auguste (??) Le maître des protocoles, qui suit le Seigneur des Deux Terres, le superviseur de tous les travaux du roi, le vrai scribe du roi, son bien-aimé, [May, juste de voix]."

Texte sur le jambage droit

()

F - Titulatures identiques à A.

G - "[Une offrande que donne le roi au grand Aton vivant], seigneur du ciel et de la terre, qui illumine les Deux Terres de sa beauté : qu'il donne (??) et la réception de faveurs en présence du Seigneur des Deux Terres. Pour le Ka du favori du Dieu Bon, celui dont la place dans la maison du roi est exaltée, le flabellifère à la droite du roi, [le vrai scribe du roi, son bien-aimé, May, juste de voix]."

H - "Une offrande [que donne le roi] à son Ka vivant, qui vit de Maât, le Seigneur des Deux Terres, Neferkheperourê-Ouaenrê, doué de vie pour l'éternité. Puisse-t-il accorder vie, prospérité, santé et vigilance en présence du Seigneur des Deux Terres, et un bon temps de vie tandis qu'il voit la beauté de chaque jour, sans arrêt."
"Pour le Ka d'un qui est important dans sa fonction et grand dans sa dignité, un fonctionnaire en qui on peut avoir confiance. Le général du Seigneur des Deux Terres, le vrai scribe du roi, son aimé, May, juste de voix."

I - "Une offrande que donne le roi à son Ka, qui vit de Maât], le Maître des Couronnes, Akhénaton], grand de temps de vie : puisse-t-il accorder (que je) laisse un bon souvenir dans la maison du roi et la permanence dans la bouche de son entourage".
"Pour le Ka de celui qui fut efficace dans le cœur de son seigneur, qui le reconnaissait comme quelqu'un faisant des choses efficientes – l'intendant de la maison de Ouaenrê (Akhénaton) à Héliopolis, le vrai scribe du roi, son aimé, May, juste de voix."

J – "Une offrande que donne le roi à la Grande Épouse Royale, sa bien-aimée, la Dame des Deux Terres, [Neferneferouaton-Nefertiti], qu'elle vive pour toujours et à jamais. Puisse-t-elle accorder une entrée en favorisé, une sortie en aimé et la satisfaction à Akhetaton."
"Pour le Ka d'un que le roi a favorisé, aussi bien dans sa jeunesse que lorsqu'il eut atteint l'état de vénéré. Le flabellifère à la droite du roi, le vrai scribe du roi, son aimé, May, juste de voix."